Retour

Anne Hidalgo dévoile ses propositions pour renforcer le tri sélectif et la valorisation des biodéchets dans Paris et le Grand Paris

Climat, Ecologie — 13 février 2020

Aujourd’hui, Anne Hidalgo a dévoilé, à l’occasion d’un échange avec les acteurs parisiens et franciliens de la restauration, de la collecte et de la valorisation des déchets alimentaires suivi d’une visite de l’entreprise Moulinot à Stains, ses propositions pour lutter contre la production de déchets, renforcer le tri sélectif et valoriser les biodéchets dans Paris et le Grand Paris.

Aujourd’hui à Paris, ce sont quelques 3 000 tonnes de déchets ménagers qui sont collectés chaque jour et dont 79% sont incinérés, 18% recyclés et 3% partent en décharge. La stratégie « Zéro Déchet » déployée par la Ville suppose d’impliquer tous les producteurs de déchets à Paris pour une réduction radicale des déchets en mettant fin définitivement au plastique à usage unique en 2024. Cette stratégie repose également sur une politique ambitieuse d’économie circulaire qui favorise la réparation et le réemploi et qui encourage le réflexe systématique du tri, en particulier pour valoriser les déchets alimentaires qui représentent environ 30 % du volume des déchets des ménages et jusqu’à 50 % des déchets des restaurateurs.

Avec plus de 1 million de tonnes d’ordures ménagères produites par an à Paris, ce sont donc près de 300 000 tonnes de déchets alimentaires qui pourraient être valorisés. Les différentes initiatives développées au cours de la mandature – à l’image de la simplification des consignes de tri dans les poubelles, de l’installation de 700 sites de compostage collectif, de 21 composteurs de quartier, la distribution de 1 600 lombricomposteurs ou encore la collecte séparée des déchets alimentaires des ménages des 2e, 12eet 19e arrondissement – fournissent déjà des résultats probants : en 2019, ce sont 34 000 tonnes d’ordures ménagères collectées en moins par rapport à 2014. Cette baisse a été permise parce que les ménages génèrent moins de déchets, en recyclent plus et en compostent plus.

Afin de poursuivre et renforcer le tri, la collecte et la valorisation des biodéchets à Paris et dans le Grand Paris et ainsi d’entraîner une diminution du volume des ordures ménagères, Anne Hidalgo s’est donc engagée à :

  •  généraliser le tri à la source des déchets alimentaires à tout Paris à échéance 2021 soit deux ans avant la date prévue par la directive européenne. Tous les Parisiens auront la possibilité de trier leurs déchets alimentaires dans les composteurs de quartier et par la collecte de biodéchets pour qu’ils soient compostés ou transformés en gaz naturel ;
  •  généraliser le tri à la source et la collecte des déchets alimentaires dans toutes les crèches, les écoles, les collèges, les restaurants Emeraude et les restaurants administratifs municipaux ;
  •  organiser des Etats généraux des biodéchets avec les restaurateurs, les commerces de bouche et l’ensemble des producteurs parisiens pour travailler avec toutes les parties prenantes pour construire un système de collecte et de valorisation économiquement optimisé et écologiquement exemplaire ;
  •  poursuivre l’installation de composteurs collectifs dans les immeubles, les jardins et les écoles ainsi que la distribution de lombricomposteurs notamment dans le cadre de la ville du 1/4 d’heure. L’objectif est d’’atteindre 1000 composteurs collectifs installés d’ici fin 2020 et 1600 d’ici fin 2026 ;
  •  lancer une expérimentation dès avril 2020 avec la création de points de collectes des déchets alimentaires des habitants dans les marchés couverts et découverts du 10e, 11e, et 15e arrondissements. Le compost ainsi produit sera ensuite distribué aux habitants ;
  •  composter les feuilles mortes produites par les 100 000 arbres de la Ville sur les sites des bois de Vincennes et Boulogne et distribuer ce compost aux Parisiennes et aux Parisiens ;
  •  encourager une meilleure articulation et un rapprochement des centres de production, de transfert, de déconditionnement et de valorisation en Ile-de-France pour limiter les transports de matière organique et ainsi réduire le bilan carbone de la valorisation ;
  •  développer une filière d’AgriParis en lien avec les agriculteurs franciliens, la Chambre d’Agriculture et les territoires franciliens voire au-delà pour produire le compost nécessaire à l’enrichissement des sols ;
  • créer enfin une filière de compostage des couches jetées chaque jour dans les crèches de la Ville en s’appuyant sur l’expérimentation en cours avec les Alchimistes et la déployer à l’ensemble des crèches municipales. Ainsi, dès 2022, la Ville, à travers le levier de la commande publique, proposera aux familles dans toutes les crèches municipales des couches compostables, 100% bio et sans perturbateur endocrinien. Une fois compostés, ces déchets serviront à fertiliser les sols de l’Île Saint Denis.