Retour

Ce que nous avons fait dans le cadre de l’épidémie de Covid-19

Covid-19 — 26 mai 2020

🧑‍⚕️ Soutien aux soignants pendant le confinement

🏫 Réouverture des écoles et des crèches

🌳 Usage des équipements de plein air et demande de réouverture des parcs et jardins

🧺 Marchés, rues commerçantes et centres commerciaux

😷 Se protéger et protéger les autres dans l’espace public

🧹 Assurer la propreté des rues

🚲 Permettre des déplacements sécurisés et facilités

🧑‍🦳 Assurer la protection des plus fragiles

💉 Accélérer la mise en oeuvre des tests

👮‍♀️ Assurer la tranquillité et la sécurité de l’espace public

🛒 Relancer l’activité économique

Soutien aux soignants pendant le confinement

  • La Ville a puisé dans ses stocks stratégiques, constitués et renouvelés régulièrement ces dernières années, plus de 5 millions de masques pour équiper les professionnels de santé et aider d’autres territoires dans le besoin.
  • Afin de faciliter le travail des médecins, des infirmiers et des autres personnels de santé, les bailleurs sociaux ont mis 240 logements qui venaient d’être livrés à leur disposition, et un accueil exceptionnel de leurs enfants dans les crèches, les écoles, et les collèges a été mis en place. 
  • Anne Hidalgo a également décidé d’apporter une contribution financière et humaine au dispositif COVIDOM de l’AP-HP mis en place avec les médecins de ville pour le suivi à domicile des patients porteurs ou suspectés Covid-19. Ce dispositif assure à plus de 33 000 patients un suivi médical de qualité tout en permettant aux professionnels de santé de se mobiliser pour les patients les plus gravement atteints.
  • Enfin, les personnels des établissements et services sociaux et médicaux sociaux, dont les personnes qui intervenaient à domicile, pouvaient bénéficier de la prise en charge des frais de taxi. Le stationnement et l’usage des Vélib’ étaient également gratuits. 

Réouverture des écoles et des crèches

  • Depuis le mardi 12 mai, 2000 enfants parisiens ont pu rejoindre les crèches parisiennes. 
  • 2000 nouvelles places ont ensuite été proposées au cours de la semaine suivante aux familles parisiennes.
  • Jeudi 14 mai, 16 500 enfants ont pu retrouver leur école. 
  • Plus de 800 locaux ont bénéficiés d’un nettoyage intensif, des kits de protection (masques, gel hydro-alcoolique etc) ont été mis à disposition et les salles de classe ont été réaménagées. 
  • Pour protéger la santé des Parisiennes et des Parisiens, dans une ville dense où la circulation du virus reste présente, Anne Hidalgo a fait le choix, en collaboration étroite avec le Rectorat, d’organiser une reprise scolaire très progressive. C’est pourquoi, jusqu’à la fin du mois de mai, l’inscription à l’école par les directeurs d’école est limitée aux publics prioritaires suivants : les enfants dont les parents travaillent à la gestion de la crise et à la reprise de l’activité, les enfants fréquentant les classes de Grande section de maternelle, de CP et de CM2, les enfants en situation de handicap et les familles avec des fragilités sociales et scolaires. Cette démarche permettra à plus de 28 000 enfants parisiens de retrouver leurs écoles. 
  • À la fin de ce mois, nous réaliserons un premier bilan des conditions d’accueil et du fonctionnement des établissements. En fonction des résultats, d’autres familles pourront progressivement être accueillies.

Usage des équipements de plein air et réouverture des parcs et jardins

Dès le 11 mai, plusieurs mesures prises par le préfet de police pendant le confinement ont été levées en plein accord avec Anne Hidalgo : 

  • Les bois de Vincennes et de Boulogne ont été intégralement rouverts ; le Champ-de-Mars et l’esplanade des Invalides ont été à nouveau accessibles ;
  • Les voies sur berges ont rouvert sur toute leur longueur, pour tous les usagers ; 
  • Les activités physiques individuelles ont été autorisées sans restriction horaire sur l’ensemble de la capitale. 

L’accès aux cimetières parisiens a été rouvert mais demeure prioritairement réservé aux cérémonies de recueillement et d’obsèques, dans la limite de 20 personnes. Le recueillement des familles sur la sépulture de leurs proches est autorisé, en matinée et le dimanche. L’accès des cimetières au public pour tout autre motif reste en revanche interdit jusqu’à nouvel ordre.

Comme vous le savez, Anne Hidalgo et de nombreux élus ont demandé la réouverture des parcs et jardins de la Ville. De nombreux médecins ont apporté leur soutien à cette initiative et ont indiqué qu’il s’agissait d’une mesure de santé publique dans une ville aussi dense que Paris. Ainsi, grâce à la mobilisation « #OuvrezLesParcs », une grande partie parcs et jardins de la capitale ont pu réouvrir le 30 mai. 

Marchés, rues commerçantes et centres commerciaux

  • Tous les marchés alimentaires et non alimentaires de plein air et couverts ont rouvert depuis le mardi 12 mai, selon un cahier des charges rigoureux et une organisation adaptée à la situation sanitaire. 
  • Par ailleurs, les mesures de régulation de certaines zones commerçantes, ont été levées : les commerces ont pu rouvrir sur les plages horaires antérieures au confinement, et réinstaller leurs contre-étalages. 
  • Resteront fermés après le 11 mai et jusqu’à nouvel ordre : les centres commerciaux et grands magasins de plus de 40.000m² de la capitale (mise à part Beaugrenelle suite à une décision de justice), les restaurants, cafés et bars, les cinémas, salles de spectacles, les lieux de sport fermés, les piscines etc. Nous étudions de près les conditions de réouverture de tous ces établissements. 

Se protéger et protéger les autres dans l’espace public

  • Depuis le 11 mai, ce sont près de 2 000 mobiliers urbains qui sont progressivement équipés de distributeurs de solution hydroalcoolique : 1 500 abris voyageurs (soit 3 sur 4) et l’ensemble des 435 sanitaires automatiques. Ces distributeurs disposeront d’une capacité de 5 litres permettant 3 300 usages, et seront réapprovisionnés et désinfectés régulièrement. Au total, ce sont ainsi près de 6,5 millions de gestes de désinfection qui pourront être effectués chaque semaine grâce à ces distributeurs.
  • Par ailleurs, depuis le 11 mai, la Ville distribue des masques à tous les habitants, et en priorité aux plus fragiles, via plusieurs canaux : 
    • Tout d’abord 2,2 millions de masques, soit un pour chaque Parisien, grâce au réseau des pharmacies parisiennes. Ils sont lavables et réutilisables. Ce dispositif repose sur un partenariat avec les pharmaciens. Depuis le 11 mai, 134 000 masques ont d’ores et déjà été distribués, et le rythme de distribution s’accélère régulièrement. Ces masques barrières grand public ont une capacité de filtration de 90 à 95%. Leurs matériaux sont tous certifiés par la Direction Générale de l’Armement. 
    • Par ailleurs, en début de semaine du 18 mai, un masque en tissu a été envoyé à toutes les personnes âgées ainsi qu’à toutes les personnes en situation de handicap inscrites au fichier Chalex. À cela s’ajoutent 25 000 masques distribués aux personnes en situation de précarité par la Fabrique de la solidarité, et 250 000 masques à usage unique livrés aux mairies d’arrondissement pour qu’elles puissent les distribuer, au plus près des besoins, aux personnes fragiles, aux associations et aux commerçants.
    • Enfin, en lien avec la Préfecture de la Région IDF, la SNCF et la RATP, nous avons participé à la distribution de plus d’un million de masques à usage unique dans le réseau Métro – RER. 

Assurer la propreté des rues

Anne Hidalgo a souligné que le nettoiement des abords des écoles, des crèches et des hôpitaux restera prioritaire pendant cette période de déconfinement : 

  • La semaine du 11 mai a vu la réouverture progressive de tous les ateliers de la Direction de la propreté, pour des interventions coordonnées dans toutes les rues et le nettoiement des marchés alimentaires. 
  • Les opérations d’enlèvement des affiches sauvages et de dégraffitage ont également repris. 
  • La semaine du 25 mai, nous aurons retrouvé nos pleines capacités de nettoiement et de lavage mécanique et le nettoiement du périphérique aura repris. 
  • Par ailleurs, le service gratuit d’enlèvement des encombrants rouvrira à ce moment.

Permettre des déplacements sécurisés et facilités

Pour réussir le déconfinement, le respect la distanciation physique dans les métros, les RER, les bus et les tramways, est un enjeu déterminant. Par ailleurs, nous devons offrir de nouvelles alternatives à l’usage de la voiture individuelle, en particulier le vélo et la marche à pied. 

  • Nous menons ce travail en étroite coopération avec les communes et départements voisins,  ainsi qu’avec la Métropole du Grand Paris et la Région, en particulier à l’intérieur du périmètre délimité par l’A86. Dans cet esprit, nous avons ouvert,  dès le 11 mai, plus de 2 000 places dans les parkings relais aux portes de Paris. Le stationnement y est gratuit pour les détenteurs d’un pass Navigo et nous travaillons au développement d’itinéraires cyclables entre Paris et la banlieue. 
  • Dans Paris, Anne Hidalgo a décidé l’aménagement de 50 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires, l’élargissement des trottoirs et la création de nouvelles rues piétonnes pour offrir plus de sécurité aux piétons comme aux cyclistes.
  • NOUVELLES PISTES CYCLABLES : 
    • Les rues et les avenues qui correspondent aux parcours des lignes 1, 4 et 13 du métro. Il y aura des parcours à vélo nord-sud, de la porte de Saint-Ouen à la porte de Vanves, et de la porte de Clignancourt à la porte d’Orléans. Il est également possible de circuler à vélo entre Vincennes, à l’est, et La Défense, à l’ouest, en passant par Bastille, Concorde puis les Champs-Élysées, le tunnel de l’Etoile, la porte Maillot, et la N13 aménagée par la ville de Neuilly. Depuis le 11 mai la rue de Rivoli est cyclable, à l’exception de la voie de bus, où pourront toujours rouler les bus, les taxis, les véhicules de livraison, les commerçants et les artisans, les professionnels de santé et les personnes en situation de handicap.
    • D’autres aménagements, simples et sécurisés par des séparateurs ou par des plots de béton, sont aussi réalisés. Sur le tracé du RER A, nous aménageons 9,5 kilomètres de linéaire cyclable dans les deux sens. Nous sommes également en train de mettre en place ou d’élargir des pistes sur des axes importants, comme les boulevards Saint-Germain, Saint-Michel, Haussmann, la rue Saint-Jacques, la rue de Vaugirard, le cours de Vincennes, l’esplanade des Invalides, ou encore la rue de La Chapelle. 
  • NOUVELLES RUES PIETONNES : les rues des Petits-Champs, Monsigny, Mouffetard, Faubourg-Saint-Denis, Aligre, ou pour le Carrousel du Louvre. Certaines rues seront partiellement piétonnisées ou verront la suppression d’une ou deux files de stationnement pour élargir les trottoirs, par exemple Haudriettes, Temple, Saint-Paul, Deux-Ponts, Faubourg-Montmartre, Poissonnière, Temple, Roquette, Ledru-Rollin, Van-Gogh, Rendez-vous, Patay, Brezin, Départ, Moines, Batignolles, Abbesses, Poteau, Lepic, Martyrs, Secrétan, Belleville, Avron, Pyrénées.
  • Les rues autour des écoles pourront aussi être fermées aux voitures, aux heures d’entrée et de sortie des enfants, de façon permanente. 

Assurer la protection des plus fragiles

  • Les principales aides financières allouées par la Ville (aides au logement, aides aux parents d’enfants en situation de handicap et Paris Solidarité pour les séniors et les personnes en situation de handicap) ont été renouvelées automatiquement en mars et en avril et les procédures de demande d’aides exceptionnelles ou de services à domicile (portage de courses, repas, aide à domicile) ont été simplifiées. 
  • Une aide exceptionnelle a été mise en œuvre pour les familles bénéficiant en temps normal des trois tarifs les plus bas de la cantine scolaire (0,13€/repas, 0,85€/repas et 1,62€/repas). Pour répondre à l’urgence, elle a été versée automatiquement sur leur compte : les bénéficiaires ont ainsi reçu un versement automatique selon un forfait de base par familles de : 150€ pour le tarif 1, 100€ pour le tarif 2  et 50€ pour le tarif 3. 50€ supplémentaires ont été versés à partir du deuxième enfant, dans la limite de 3 enfants, à chacune des familles bénéficiaires. Cette aide, d’un montant global de 3,5 millions d’euros entièrement financé par la Ville de Paris, a bénéficié à 29 322 familles parisiennes, soit 53 266 enfants. 
  • Par ailleurs, pour aider les familles à avoir accès à une alimentation de qualité, et soutenir les maraîchers de proximité, nous avons créé les « paniers des essentiels » durant le confinement. Nos deux délégataires des marchés alimentaires parisiens proposent ainsi une offre de produits frais et de qualité sous la forme d’un panier de fruits et légumes à 20 € pour 10 kg. La vente a été proposée aux personnes suivies par des associations de solidarité et via les fichiers de la DASES et du CASVP. 
  • Concernant les locataires du parc social : 
    • Ils pourront se voir proposer un échelonnement des loyers impayés, d’une durée adaptée à leur situation.
    • Pour protéger les plus fragiles, a également été décidé un moratoire sur les contentieux liés aux difficultés de paiement de loyers. 
    • Pour ceux qui s’acquittant d’un supplément de loyer de solidarité (SLS) et qui subiraient des baisses de revenus, le bailleur prendra en compte l’évolution des revenus en temps réel pour ajuster au plus tôt le montant du surloyer à la baisse.
    • Enfin, pour soutenir le pouvoir d’achat des locataires, Paris Habitat, premier bailleur social de la Ville, a décidé d’ajuster le calendrier des régularisations de charges. Prévues pour le mois de juin, elles seront avancées pour les locataires créditeurs, et s’appliqueront dès le début du mois de mai. Concrètement, cela signifie que 56 000 locataires bénéficieront en avance d’un remboursement de charges, pour un montant total de 10 millions d’euros.
  • Les contacts pris par les services de la Ville avec les plus fragiles ont été réguliers et constants pendant le confinement et encore actuellement : le renforcement de la plateforme du 3975, le centre d’appel de la ville de Paris et plusieurs campagnes d’appels ont été menées et le sont encore via le dispositif CHALEX, normalement utilisé en période de canicule, pour joindre les personnes âgées fragiles. Ces campagnes ont permis d’écouter, d’orienter et d’inciter les personnes isolées à avoir recours aux services de la Ville.  
  • Essentielles après ce confinement, les visites des familles ont repris dans les EHPAD parisiens quelques jours après les annonces du ministre fin avril. Chaque EHPAD du CASVP applique un protocole unique conforme aux recommandations  de l’ARS. Les sorties ne sont pas encore autorisées pour nos aînés résidant au sein des EHPAD, mais les équipes se mobilisent pour lutter contre l’isolement, en proposant notamment de nouvelles animations et en utilisant les tablettes tactiles données pour maintenir autant que possible les liens avec les proches via des appels vidéo. 

Accélérer la mise en œuvre de tests

  • Nous avons pratiqué très tôt un dépistage massif des personnels et résidents dans les EHPAD et d’autres établissements médico-sociaux comme les foyers abritant des personnes en situation de handicap, grâce à la mise en place d’équipes mobiles de dépistage de la Ville de Paris. La campagne de tests dans les EHPAD a été exhaustive et a été accompagnée par une cellule de soutien aux établissements dans les réorganisations nécessaires. 
  • Nous avons poursuivi ce dépistage dans des lieux collectifs où le virus peut se propager rapidement, comme les foyers de travailleurs migrants ou les centres d’hébergement. En dépistant aussi les agents de la Ville de Paris, en priorité ceux ayant présenté ou présentant des symptômes, ainsi que ceux appelés à entrer en contact avec le public. 
  • Nous avons participé avec l’AP-HP et tous les acteurs de terrain, professionnels de santé notamment, à la création du dispositif COVISAN, qui permet de détecter les personnes atteintes de la maladie, d’identifier leurs contacts et de les aider à se confiner à leur domicile ou en hôtel s’ils le souhaitent. C’est d’ailleurs ce dispositif qui a été pris en exemple pour développer le dispositif national.
  • Au sein des écoles, le dépistage commencera par une série d’établissements identifiés avec les Maires d’arrondissements, à partir notamment des données épidémiologiques sur la circulation du virus à Paris. Un dépistage sera proposé aux parents pour l’ensemble des élèves, sur la base du volontariat. 

Assurer la tranquillité et la sécurité de l’espace public

  • Sur le plan de la sécurité, les agents de la Ville de Paris ont su adapter leurs missions aux évolutions du contexte réglementaire et sanitaire. Aux côtés des forces de police, ils ont contribué au respect du confinement. Le travail quotidien de tranquillité publique et de protection de la population s’est doublé d’une mission renforcée de soutien aux personnes les plus vulnérables, qu’elles soient dans la rue, chez elles ou dans des lieux d’accueil collectif liés au confinement.
  • Désormais, les agents de sécurité de la Ville de Paris sont mobilisés pour réussir le dé-confinement progressif à Paris en assurant notamment la régulation de la circulation et le respect des nouvelles pistes cyclables et les rues piétonnes. Les agents sont également présents aux abords des nombreux marchés de plein air parisiens et sanctionnent de nouveau les incivilités liées à la malpropreté. Ils continueront leur mission générale de tranquillité publique dans les rues de la capitale et notamment leur action de pédagogie et de médiation vis à vis des mesures barrières afin d’éviter des attroupements. 

Relancer l’activité économique

Paris apparaît comme un territoire plus touché que le reste de la France par les mesures de confinement, en raison de la structure de ses emplois. La perte d’activité est estimée à -37,5% à Paris, contre -34,5% en France. 

Adapter les activités dans l’espace public aux exigences sanitaires

Encore une fois, cette crise nous rappelle notre attachement à un mode de vie dans lequel la convivialité autour d’un repas ou d’un verre se passe en plein air. Il s’agit aussi d’un enjeu économique déterminant pour les bars et les restaurants. C’est pourquoi nous allons leur permettre d’utiliser plus largement l’espace public, gratuitement, jusqu’en septembre, notamment grâce à une extension des terrasses sur les places de stationnement.

Un Plan de soutien de 200 M€ aux entreprises et aux associations

Dès le début de la crise sanitaire, la Ville a déployé de premières actions de soutien en faveur du secteur économique et du tissu associatif de notre territoire. Cela s’est notamment traduit par le gel de loyers commerciaux, le gel de droits de terrasse et de redevances, la mise en place du stationnement gratuit ou l’accélération des délais de paiement pour les titulaires de marchés publics de la Ville. Ces mesures ont permis d’alléger les difficultés rencontrées par les structures au moment critique où elles étaient contraintes de fermer temporairement leurs portes ou de diminuer fortement leur activité.    

Ce Plan de soutien contribuera à maintenir la diversité et la richesse du tissu économique parisien, d’appuyer la reprise d’activité et de limiter les effets de la crise, face au risque de fermetures d’activités et d’augmentation des demandeurs d’emploi qui menace notre territoire : 

  • Exonération de 6 mois de loyers commerciaux des bailleurs sociaux pour les TPE fermées, les associations et les institutions  culturelles (75 M€) 
  • Exonération de 6 mois des droits de voirie, de terrasses et d’étalages, d’échafaudages et de palissades, de la redevance spéciale pour les déchets non ménagers, des redevances des commerçants des marchés alimentaires, des puces et des commerces ambulants ainsi que des redevances de stationnement des taxis (40 M€).
  • Des adaptations contractuelles et des exonérations de redevance pour les concessionnaires et les délégataires (40 M€).

Nous avons également décidé d’accompagner spécifiquement certains secteurs particulièrement fragilisés par la crise économique, à travers des plans de relance dédiés qui concerneront le monde culturel (15 M€), le monde associatif (10 M€), le secteur du tourisme (5 M€) et les acteurs de l’économie sociale et solidaire (4 M€). Enfin, pour accompagner la transition des acteurs de nos secteurs prioritaires (commerces, artisans, entreprises culturelles, jeunes entreprises innovantes), des appels à projets seront lancés en vue d’attribuer des aides à l’équipement (6 M€).

Nous renforcerons encore davantage l’accès des TPE/PME aux marchés publics de la Ville de Paris, sous la forme d’un Small business act parisien, avec pour objectif que 9 prestataires sur 10 de la Ville soient des TPE/PME à l’horizon 2025. 

Enfin, la Ville travaille à la mise en place d’un fonds d’intervention pour soutenir les TPE/PME. 

Une attention soutenue aux acteurs culturels

  • Les subventions prévues ont été versées au plus vite afin d’éviter les ruptures de trésorerie et les redevances et loyers dus à la Ville ont été gelés. 
  • Les établissements de la Ville  se sont mobilisés pour offrir aux Parisiens une offre culturelle numérique de qualité et très diversifiée, diffusée à travers trois lettres actualisées « Paris Culture en quelques clics » : de très nombreux spectacles et ateliers en ligne, le prêt gratuit de plus de 20000 livres numériques de nos bibliothèques, la mise en ligne des collections des musées municipaux, le lancement de l’opération « Fenêtre sur l’autre », en partenariat avec le Forum des Images, la Maison de la poésie et la Maison européenne de la photographie, qui invitait les Parisiens à faire part de leur créativité en ligne et donnera lieu à de belles expositions pour garder la mémoire de cette période si particulière etc.
  • La continuité pédagogique dans nos conservatoires, a été assurée, grâce aux technologies et aux approches innovantes des professeurs. 
  • Nous allons mettre en place un plan de soutien historique de 15 millions d’euros notamment pour les jeunes artistes, les plus fragiles et les moins soutenus, pour leur permettre de poursuivre leur activité. Nous accompagnerons également l’activité cinématographique, les libraires, les cafés-concerts, les théâtres privés, ainsi que les acteurs de la musique et les auteurs au travers de fonds communs avec le ministère de la Culture. Les établissements soutenus de manière régulière par la Ville de Paris feront bien entendu l’objet d’une attention toute spéciale de notre part et nous avons annoncé l’organisation d’un « Mois d’août de la culture », qui sera l’occasion de soutenir de manière très directe les artistes et la création, dans tous les domaines.
  • Nous travaillons ardemment, en lien permanent avec les organisations syndicales, à pouvoir rouvrir progressivement les établissements culturels parisiens, dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité. À brève échéance, certaines bibliothèques et certains musées, ainsi que les archives municipales, pourront à nouveau accueillir du public, puis il en sera de même dans tous les établissements municipaux jusqu’en septembre.