Retour

Petite enfance, éducation et familles

L’accompagnement éducatif et extrascolaire de l’enfance a été une priorité de la mandature. Accroitre les capacités d’accueil des tous petits, améliorer la continuité du parcours éducatif, intégrer la réponse au facteur environnemental tant dans l’alimentation que dans les structures d’accueil, mais aussi mieux aider les familles dans leur quotidien, ont constitué les grands axes de notre action.

Des chiffres qui disent notre politique

16 200 ateliers periscolaires
C’est le nombre d’ateliers périscolaires gratuits disponibles les mardis et vendredis. 80 % des enfants scolarisés y participent. Avec 660 centres de loisirs des ...
Lire

C’est le nombre d’ateliers périscolaires gratuits disponibles les mardis et vendredis. 80 % des enfants scolarisés y participent. Avec 660 centres de loisirs des mercredis, de petites et des grandes vacances, 50 centres anim’ et les 400 activités proposées, c’est une offre périscolaire entière qui a été consolidée et professionnalisée afin que la réforme des rythmes scolaires porte ses fruits.

15 nouveaux etablissements scolaires
C’est le nombre de nouveaux établissements scolaires livrés dans la mandature (2 collèges, 2 extensions de collèges et 11 écoles). À la différence d’...
Lire

C’est le nombre de nouveaux établissements scolaires livrés dans la mandature (2 collèges, 2 extensions de collèges et 11 écoles). À la différence d’autres grandes villes, comme Marseille, Paris n’a pas cessé d’investir dans ses écoles.

0 euro
Cepuis le 3 septembre dernier, le prix des transports en commun à Paris pour les enfants jusqu’à 11 ans (cette gratuité concerne potentiellement 160 000 enfants). Pour les collégiens ...
Lire

Cepuis le 3 septembre dernier, le prix des transports en commun à Paris pour les enfants jusqu’à 11 ans (cette gratuité concerne potentiellement 160 000 enfants). Pour les collégiens et les lycéens, c’est le remboursement de 50 % du coût des abonnements de transport qui s’applique (concerne 135 000 adolescents). La gratuité dans les transports en commun pour les enfants participe à la fois à l’éducation à la protection de l’environnement, à l’aide au pouvoir d’achat des familles et à l’autonomisation des jeunes.

60 PMI
C’est le nombre de services de Protection Maternelle et Infantile (PMI) qui offrent un accès gratuit à l’accompagnement et aux soins de pré...
Lire

C’est le nombre de services de Protection Maternelle et Infantile (PMI) qui offrent un accès gratuit à l’accompagnement et aux soins de prévention pour les parents et les enfants. Complétés par 24 lieux d’accueil Enfants Parents et 21 ludothèques, ce sont autant d’espaces consacrés à l’assistance des familles, à l’épanouissement des relations parents-enfants.

31 « cours oasis »
C’est le nombre de « cours oasis » déjà installées. Le réaménagement des cours d’écoles en îlots de fraicheur vise à ré...
Lire

C’est le nombre de « cours oasis » déjà installées. Le réaménagement des cours d’écoles en îlots de fraicheur vise à répondre à l’augmentation des températures et à la fréquence des épisodes caniculaires (sols végétalisés qui permettent l’infiltration des eaux de pluie, ombrage, fontaine ludique…), mais également à proposer de nouveaux espaces de lien social car elles ont vocation à être ouvertes sur les quartiers qui les entourent.

Des Questions ? Des critiques ? Des réponses

L’alimentation scolaire a-t-elle évoluée ?

Le travail accompli dans le domaine de l’alimentation scolaire depuis 2014 est particulièrement représentatif de la politique de la Mairie, à double titre. D’une part, en matière de qualité avec un vaste développement du bio. Dans les crèches, c’est 85 % de l’alimentation qui est bio et durable (100 % du lait). Dans les cantines des écoles et collèges, après un grand effort, nous atteignons 50 %, avec l’objectif des 100 % en ligne de mire d’ici 6 ans. De plus, l’ensemble de la production alimentaire des cantines participe au plan général d’élimination du plastique jetable à horizon 2024. D’autre part, l’objectif de justice sociale et de solidarité a été consolidé pour aider les parents avec non seulement un gel des tarifs de cantine depuis 2014, mais aussi la mise en place d’une grille tarifaire plus progressive avec un prix plancher fixé à 0,13 centimes par repas pour les plus précaires et la création de deux tranches supérieures supplémentaires (portant à 7 € le prix d’un repas pour les familles les plus aisées, c’est-à-dire cumulant plus de 15 000 € par mois… Madame Dati expliquait récemment vouloir diviser par 2 ce prix pour ces familles très aisées). Durant cette mandature, tous les enfants ont pu aller à la cantine.

Promesses faites / Promesses tenues

  • Une offre de crèches renforcée

    Avec 56 % des enfants de moins de 3 ans accueillis en crèche, Paris est le 1er département de France en terme de nombre de places en crèche par habitant. Anne Hidalgo a ainsi tenu trois promesses de son programme de 2014 : 5 000 places en crèches supplémentaires créées en 6 ans, horaires d’ouverture élargis, plan d’action global pour améliorer les pratiques quotidiennes des crèches, en particulier dans la lutte contre les perturbateurs endocriniens, En parallèle, des projets pédagogiques favorisant l’égalité filles-garçons ont été mis en place.

Réaliser et innover

Quatre actions pour plus de mixité scolaire

La mixité sociale est un des objectifs structurant de la majorité. À l’école, nous sommes convaincus qu’elle est une condition de la réussite et de l’épanouissement des enfants. Notre stratégie a donc articulé : refonte de la carte de l’éducation prioritaire car Paris est l’académie la plus ségréguée de France en raison des disparités de revenus et du poids important de l’école privée ; expérimentation de collèges multi-secteurs ; mise en place de l’Observatoire Parisien de la Mixité et de la Réussite Éducative ; opérations « Tous mobilisées pour nos écoles et nos collèges » consistant à concentrer des moyens exceptionnels sur un nombre restreint d’établissements dans le besoin, mais sans porter préjudice aux travaux engagés dans les autres établissements.

« TUMO »
École du numérique

Si l’équipement des écoles et des élèves en outils numériques est nécessaire (depuis 2015, ont été attribués : 1 840 vidéoprojecteurs, 1 870 ordinateurs portables et près de 12 000 tablettes pour les collégiens, soit une moyenne d’une tablette pour deux élèves), il ne peut constituer seul un programme d’éducation au numérique. La création de l’école « TUMO », proposant 1 500 places par an, destinée au 12-18 ans, entièrement gratuite et alliant parcours personnalisé sur ordinateur et ateliers dispensés par des professionnels a donc constitué une innovation importante et a rencontré un grand succès.