Retour

Police Municipale Parisienne (PMP), Sécurité, Prévention et lutte contre les incivilités

Pour des raisons liées à l’Histoire et à son statut de capitale où se concentrent les lieux de pouvoir, Paris n’avait, jusqu’ici, jamais été dotée d’une police municipale. Si une dernière disposition législative doit encore être formellement votée, la Police Municipale Parisienne est aujourd’hui à un stade de construction avancé et assume déjà de nombreuses missions. C’est une évolution institutionnelle inédite et une augmentation sans précédent du nombre d’agents présents sur le terrain qui sont en cours. Avant tout, c’est un nouveau service public de proximité qui vient renforcer la sécurité du quotidien des Parisiennes et des Parisiens et agir pour la prévention aux côtés de tous.

Des chiffres qui disent notre politique

3 400 agents municipaux
C’est le nombre d’agents municipaux affectés aux missions de prévention, de sécurité et de protection des Parisiens au début 2020. 4 ...
Lire

C’est le nombre d’agents municipaux affectés aux missions de prévention, de sécurité et de protection des Parisiens au début 2020. 4 ans plus tôt, on en comptait 3 fois moins. La mise en place et le transfert de nouvelles compétences de police municipale à Paris (contrôle du stationnement, lutte contre les incivilités sur la voie publique…) se sont faits progressivement ces dernières années. Ils nécessitaient un accroissement massif des effectifs et le recrutement de professionnels. Outre des recrutements par vagues, la Mairie a donc intégré, en accord avec la Préfecture de Police dont ils dépendaient jusqu’alors, les 1 300 agents du corps des ASP (Agents de Surveillance de Paris), contrôleurs et inspecteurs spécialisés, en janvier 2018.

1 000 000 verbalisations
C’est le nombre de verbalisations faites par la Ville en 2018 en matière de stationnement, de circulation , d’incivilités (bruit, propreté…) et de ...
Lire

C’est le nombre de verbalisations faites par la Ville en 2018 en matière de stationnement, de circulation , d’incivilités (bruit, propreté…) et de respect des règles des vignettes «Crit’air». Dans la plupart des cas, ces amendes sont perçues par l’État. La raison d’être de la PMP réside surtout dans une relation de proximité avec les Parisiens et de protection des personnes les plus vulnérables : encadrement des évènements festifs (1 000 agents mobilisés lors de la dernière Nuit blanche), sécurisation des passages piétons aux alentours des écoles (446 points écoles tenus chaque jour), assistance aux sans-abri (4 000 maraudes et 20 000 personnes mises à l’abri chaque année).

250 educateurs
C’est le nombre d’éducateurs de rue financés par la Ville pour favoriser l’inclusion sociale des jeunes, agir pour la protection de ...
Lire

C’est le nombre d’éducateurs de rue financés par la Ville pour favoriser l’inclusion sociale des jeunes, agir pour la protection de l’enfance et prévenir la délinquance. Dans le même temps, nous avons développé une stratégie de prévention des rixes reposant sur 14 actions clefs pour accompagner les jeunes et prévenir leur entrée dans les affrontements. En 2019, ce sont 16 000 jeunes qui ont été rencontrés et 9 300 accompagnés individuellement par les clubs de prévention.

5
C’est le coefficient par lequel nous avons multiplié le budget consacré à la lutte contre la récidive car nous pensons que c’est en ...
Lire

C’est le coefficient par lequel nous avons multiplié le budget consacré à la lutte contre la récidive car nous pensons que c’est en agissant aux côtés de chacun que nous pouvons collectivement faire une différence.

150 sapeur-pompiers de Paris
C’est le nombre de sapeur-pompiers de Paris supplémentaires que le plan de modernisation pluriannuel permettra de recruter. Ce même plan prévoit ...
Lire

C’est le nombre de sapeur-pompiers de Paris supplémentaires que le plan de modernisation pluriannuel permettra de recruter. Ce même plan prévoit une augmentation régulière de la participation de la Ville au budget de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris qui s’élève à 91 millions d’€ en 2020.

Des Questions ? Des critiques ? Des réponses

Pourquoi l’instauration de la PMP n’est-elle pas achevée ?

L’instauration de la PMP est le fruit d’un long processus minutieusement coordonné. Alors que Paris et l’État sont d’accord sur le partage de compétences (validé par le Conseil d’État) et que le préfet de police de Paris a reconnu les pouvoirs de police municipale de Paris, comment expliquer que les parlementaires LREM et le Gouvernement aient empêché l’adoption de la mesure législative venant à parachever juridiquement l’officialisation de la PMP ? À quelques mois des élections municipales, difficile de ne pas y voir la tentative futile d’empêcher ce qui est manifestement une réalisation à mettre au crédit d’Anne
Hidalgo.

Promesses faites / Promesses tenues

  • Une police municipale parisienne, pour plus de sécurité et de lutte contre les incivilités

    La mise en oeuvre de la Police Municipale Parisienne est la marque d’une logique de mandature réalisée étape par étape (création de la brigade de lutte contre les incivilités en 2016, adoption de la loi transférant à la Ville de nouvelles compétences de Police municipale en 2017, intégration de nouveaux agents en provenance de la Préfecture de police en 2018). La Maire de Paris a demandé à l’État qu’il s’engage à ne pas réduire les effectifs de la Police nationale en poste dans la capitale : c’est une logique de synergie qui est recherchée.

Réaliser et innover

La lutte contre les incivilités : prévention et sanction

Chaque arrondissement a été doté d’agents de la PMP dédiés à la lutte contre les incivilités. Présents de 7h à 23h, ils comprennent notamment une brigade VTT et des agents affectés aux parcs et espaces verts. À ce dispositif local s’ajoute les 300 agents de la Brigade d’intervention de Paris contre les incivilités, qui interviennent 7/7 et 24h/24 sur l’ensemble du territoire parisien.
Les incivilités étant l’affaire de tous, elles peuvent être signalées grâce au numéro d’« Allo incivilité » (4 323 signalements sur l’été 2019), via l’application « Dans ma rue » ou par écrit. Ces signalements entrainent des interventions immédiates ou programmées, en plus des patrouilles régulières et des actions quotidiennes.
La PMP n’a pas de prérogatives en matière de maintien de l’ordre ou de lutte contre la délinquance et ses agents ne sont pas équipés d’armes à feu. Elle est compétente dans de nombreux domaines : malpropreté et souillure de l’espace public, dépôt et encombrement, stationnement gênant, nuisances sonores dans l’espace public (comportements individuels, travaux bruyants, clientèle bruyante…), troubles à la tranquillité dans un jardin public ou un équipement municipal, etc.
Son rôle de médiateur et de prévention est une dimension constitutive de toutes ses missions. Pour aller à la rencontre des Parisiens, pour que le service public de proximité de la PMP s’enrichisse des échanges des habitants et des commerçants, Des points de rencontre pour des actions de sensibilisation et de remontée d’informations ont été mis en place à endroits et horaires réguliers. Ces rencontres servent également à ce que les habitants participent à la définition des lieux et moments pertinents d’intervention des équipes de la PMP.