Retour

Santé

En matière de santé publique, nous avons choisi de développer deux axes prioritaires. L’un, classique et essentiel à la vie de la cité. L’autre, novateur et aujourd’hui incontournable pour la santé des Parisiens. D’une part, préserver et renforcer l’offre de services médicaux de proximité pour tous. Pour cela nous sommes intervenus à la fois dans le circuit public de soins et dans le secteur de médecine libérale. D’autre part, prendre la mesure des enjeux de la santé environnementale et agir pour en réduire les risques. Sur ce sujet, nous avons refusé de rester aveugles et nous avons innover et innover encore pour connaître les causes et les effets réels de la pollution à Paris.

Des chiffres qui disent notre politique

128 000 consultations et actes medicaux
C’est le nombre de consultations et d’actes médicaux réalisés dans les 10 centres de santé et médico-sociaux municipaux pour les ...
Lire

C’est le nombre de consultations et d’actes médicaux réalisés dans les 10 centres de santé et médico-sociaux municipaux pour les seuls 6 premiers mois de 2019. Ces centres, qui dispensent des soins médicaux, paramédicaux, dentaires et de radiologie en secteur 1 (tarifs alignés sur ceux remboursés par la Sécurité sociale), sont la garantie du maintien d’une offre diversifiée de services médicaux de proximité.

59 PMI
C’est le nombre de centres de santé de Protection Maternelle Infantile (PMI) de la Ville qui offrent un service universel gratuit de prévention ...
Lire

C’est le nombre de centres de santé de Protection Maternelle Infantile (PMI) de la Ville qui offrent un service universel gratuit de prévention pour les enfants jusqu’à 6 ans, les jeunes dans le cadre de la planification familiale et les femmes enceintes. En outre, plus de 100 000 vaccinations ont été effectuées en 2018 dans les centres PMI et les 7 centres de vaccinations parisiens. En parallèle, 3 centres d’information, de dépistage et de diagnostic du SIDA et des maladies sexuellement transmissibles assurent des actions gratuites de santé sexuelle, de prévention et de renforcement de l’accès aux soins et aux droits.

72 000 Parisiennes et Parisiens
C’est le nombre de Parisiennes et de Parisiens formés au sein de « Paris qui sauve ». Décidé après les attentats de 2015, ce ...
Lire

C’est le nombre de Parisiennes et de Parisiens formés au sein de « Paris qui sauve ». Décidé après les attentats de 2015, ce vaste plan de formation a été mis en oeuvre en partenariat avec le SAMU de Paris, la Brigade des Sapeurs-pompiers de Paris et des associations tel-les la Croix-Rouge française. Il comprend également le déploiement généralisé de défibrillateurs dans les lieux recevant du public (équipements sportifs et culturels, mairies, etc.) et dans l’espace public (canal Saint-Martin, Bassin de La Villette, pharmacies autour des gares, etc.). Ainsi, en cas d’attaque cardiaque et respiratoire brutale à Paris, les chances de survie ont été multipliées par 4 depuis 2010.

Des Questions ? Des critiques ? Des réponses

La 1ère salle de consommation à moindres risques ouverte en France, est-ce que ça marche ?

La toxicomanie est une problématique de santé publique et la réduction des risques qui en découle est une nécessité. Le sujet fait débat dans la société depuis de nombreuses années, sans vraiment aboutir à une conclusion. Paris a voulu franchir un cap inédit en mettant en place la première salle de ce type en France.
Implantée dans le 10ème arrondissement à la fin 2016, cette salle visait trois objectifs : réduire les risques, accompagner les consommateurs notamment dans l’accès au droit et réduire les nuisances dans l’espace public. Elle accueille chaque mois 450 personnes, 163 000 consommations y sont été réalisées plutôt que dans la rue et plus de 7 500 consultations médicales ou sociales y ont eu lieu. L’environnement direct de la salle s’est grandement amélioré puisque l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) a évalué que les traces de consommation recensées dans le périmètre voisin ont été divisées par 3.

Promesses faites / Promesses tenues

  • Un plan parisien de santé environnementale

    En 2014, Anne Hidalgo annonçait vouloir « mettre en oeuvre un plan parisien de santé environnementale ». Ce plan a été adopté par le Conseil de Paris dès 2015. À la suite de ce plan, la Ville a créé en 2016 le Service Parisien de Santé Environnementale (SPSE). Doté de 174 agents, ce service est un outil unique par sa capacité d’expertise de l’exposition aux facteurs de risques environnementaux et d’intervention pour les réduire, faisant de Paris une ville pionnière en matière de santé environnementale.

Réaliser et innover

« Paris Med » : contrecarrer la désertification médicale dans les quartiers populaires

Alors qu’un médecin sur deux à plus de 60 ans à Paris, dynamiser le renouvellement des professionnels de santé afin d’assurer la permanence de la qualité de l’offre de soins de proximité est une priorité. Il fallait donc un instrument pour tenter de convaincre des professionnels de santé de s’installer dans les quartiers populaires. C’est « Paris Med ». En contrepartie d’une aide pour trouver un local à loyer modéré et à l’aménager, plus particulièrement pour les cabinets de groupe ou les Maisons de Santé Pluri-professionnelles, qui peuvent en outre bénéficier d’un investissement financier de la Ville, les praticiens intéressés s’engagent à exercer en secteur 1, dans un quartier prioritaire pour au moins trois ans. Grâce à ce dispositif, 161 praticiens de santé se sont déjà installés au sein de 14 Maisons de Santé et 12 cabinets médicaux.