Retour

Tourisme

Paris est la destination préférée des voyageurs du monde. C’est une fierté, une chance et un défi. Si ce niveau de fréquentation touristique est le signe d’une vive attractivité qu’il faut entretenir et diversifier, d’une manne économique déterminante, il est aussi la source de difficultés pour les Parisiens. Nous nous sommes employés à avancer sur nos deux jambes : l’amélioration de l’offre touristique pour qu’elle soit plus durable et plus responsable et la lutte contre les effets néfastes.

Des chiffres qui disent notre politique

38 millions de touristes
C’est le nombre de touristes venus visiter Paris ces 12 derniers mois. C’est un retour au niveau de visites d’avant les attentats de 2015, ...
Lire

C’est le nombre de touristes venus visiter Paris ces 12 derniers mois. C’est un retour au niveau de visites d’avant les attentats de 2015, prouvant l’extraordinaire résilience de Paris face au terrorisme. Cela représente 18 fois le nombre d’habitants à Paris, l’équi-valent cumulé de la Grèce, du Portugal, de la Suède et de la Bulgarie. Un tel volume constitue un levier de croissance économique et surtout d’emploi essentiel (10% des emplois salariés du Grand Paris, soit près de 300 000 emplois). Mais cela ne va pas sans conséquence. Face aux plateformes de location saisonnières qui participent à faire monter les prix de l’immobilier, nous avons imposé la limitation du nombre de nuitées par an, nous avons renforcé les contrôles (plus de 5 000/an), nous avons engagé des poursuites qui ont abouti à 3,8 millions d’€ d’amendes
Pour en savoir plus, voir la fiche « logement privé et Airbnb »
Face à la pollution des véhicules de tourisme, nous avons agi pour réguler les autocars (voir plus bas) mais également en nous opposant à la création d’un terminal pour navires de croisière dans les ports parisiens. D’une part pour éviter la pollution fluviale dont leurs motorisations au fuel auraient été responsables et, d’autre part, afin que le nombre d’autocars ne soit encore augmenté par les besoins de desserte de ces navires. Face à la prédation des grandes enseignes internationales de commerce, nous avons refusé que tout Paris ne tombe sous le statut de Zone Touristique Internationale (ZTI) pour préserver le commerce de proximité et le niveau des prix à la consommation.

50 hectares
C’est la surface du futur grand parc urbain qui sera mis à disposition des Parisiens et des visiteurs, au coeur de Paris, lorsque le ré...
Lire

C’est la surface du futur grand parc urbain qui sera mis à disposition des Parisiens et des visiteurs, au coeur de Paris, lorsque le réaménagement progressif du site de la Tour Eiffel sera achevé. À la fois symbole de la visite touristique de Paris et esplanade peu investie par les Parisiens, le site de la Tour Eiffel est le lieu idéal pour tenter de réconcilier touristes et habitants. C’est la ligne de force que nous avons retenue pour choisir le projet de réaménagement qui sera terminé en 2024 et qui sera alors le plus grand jardin de Paris.

Des Questions ? Des critiques ? Des réponses

Paris fait cavalier seul et laisse les villes voisines en dehors de la manne touristique ?

Longtemps ce reproche a été fait à Paris. Pourtant, la barrière Paris/Banlieue, pour le tourisme comme pour nombre de sujets, disparait peu à peu. Ainsi une collaboration entre Paris et les départements de la Petite couronne a été contractualisée pour faire exister la plateforme « Explore Paris » destinée à valoriser des offres touristiques insolites sur tout le territoire du Grand Paris. En revanche, la fusion de l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris avec le Comité Régional du Tourisme d’IDF que nous souhaitions n’a pas pu être accomplie en raison du refus de la Région IDF…

Promesses faites / Promesses tenues

  • Moins de cars de tourisme polluants dans Paris

    Limiter l’accès au centre de Paris aux autocars polluants et encourager les opérateurs à acquérir des bus électriques figuraient au programme d’Anne Hidalgo de 2014. Depuis septembre 2015, les autocars (et les poids lourds) les plus polluants (immatriculés avant 2001) sont interdits de circuler dans Paris de 8h à 20h tous les jours. L’interdiction de tous les autocars diesels a également été décidée. Pour accompagner la transition, la mairie a subventionné l’achat de véhicules propres à hauteur de 9 000€/autocar.

Réaliser et innover

Définition de la 1e stratégie de développement touristique

Devant la nécessité de repenser le tourisme, tant au regard de nos objectifs environnementaux que de ses nuisances pour les Parisiens, il fallait tout remettre à plat. Nous avons réalisé un grand audit auprès de 400 professionnels pour co-construire une stratégie globale. Celle-ci a abouti notamment à la refonte et la modernisation de l’accueil touristique (un nouvel espace localisé dans les locaux de l’Hôtel de Ville mais également un accueil 24h/24h à la gare du Nord), à la diversification de l’offre touristique afin d’attirer les visiteurs qui reviennent régulièrement (ces visiteurs utilisent plus volontiers les transports propres et peuvent plus facilement venir hors saison), ou encore la valorisation de notre patrimoine avec par exemple le réaménagement du site de la Tour Eiffel. La clef du tourisme de demain réside dans le lien entre les habitants et les visiteurs.

Welcome city Lab, l’innovation

La complexité des enjeux du tourisme pour une ville telle que Paris nous impose d’être inventifs. De plus, c’est un secteur de l’économie qui évolue rapidement et appelle l’innovation. La mairie a oeuvré pour se positionner en tête de cette innovation en créant le 1er incubateur d’entreprises au monde dédié au tourisme, le Welcome city Lab. En 5 ans, ce sont 100 start-up qui y ont été incubées, faisant de la structure parisienne la référence mondiale en la matière et participant à l’image d’innovation et d’attractivité de Paris.