Retour

Communs numériques et politique d’innovation


Numérique — 05 mars 2020

En présence de Jean-Louis Missika, Emmanuel Grégoire et Diana Filippova, Anne Hidalgo a d’abord rappelé les efforts entrepris tout au long de son mandat pour hisser Paris en tête des villes les plus innovantes, attractives et progressistes en matière de souveraineté, notamment avec et grâce à un écosystème privé et public unique dans le monde.

Bilan :

  • 220 000 m2 dédiés à l’innovation livrés en 12 ans, majoritairement implantés dans les quartiers populaires sur le territoire de l’Arc de l’innovation, ils ont participé à redistribuer la création d’emploi sur le territoire métropolitain.
  • Avec plus de 1000 startups incubées et 14 plateformes d’innovation en activité, Paris&Co, l’agence de développement économique et d’innovation de Paris est devenu le 1er réseau d’incubateurs d’Europe.
  • Paris est classé ville la plus attractive d’Europe selon EY et PwC en 2019, et s’était vu décerner en 2017 le prix de la capitale européenne de l’innovation par la Commission Européenne
  • La Ville dispose de son propre Datacenter, localisé Porte de la Chapelle, pour répondre à un triple enjeu de souveraineté, de résilience et de développement durable. Il s’étend sur 760 m2 et comprend 6500 serveurs physiques et virtualisés.
  • Open data : lancé en 2010, la démarche d’ouverture des données publiques de la Ville de Paris propose désormais 259 jeux de données ouverts.

Transformation numérique de la ville

Mais nous devons encore plus fluidifier les relations entre l’administration de la ville et les pratiques quotidiennes des usagers. Pour cela, il s’agit de mettre les agents et les services publics au centre des pratiques du numérique, et non l’inverse. 

  • Etablir une charte de la donnée avec nos partenaires, sur le modèle de la charte nantaise. Nous y prendrons des engagements pour assurer la sobriété de l’usage des données, relocaliser le stockage de données et apporter des garanties environnementales sur les datacenters utilisés.
  • Développer une nouvelle version de l’application numérique « Mon Compte. Mon Paris » dès 2021 pour faciliter l’accès aux démarches administratives, permettre le vote en ligne et la participation citoyenne. Cette application permettra d’appliquer le principe « dites-le nous une fois » aux démarches administratives de la Ville et de ses partenaires.

Une nouvelle politique de la technologie centrée sur la souveraineté de la donnée et la reprise en main du pouvoir par les citoyens

Dans le contexte actuel, les plateformes numériques privées prennent toujours plus d’importance et menacent de supplanter les services publics par des services privés. Le rapport de force actuel met directement à mal le pouvoir politique des villes et a des conséquences directes et concrètes pour l’ensemble des Parisiennes et Parisiens en impactant de nombreux secteurs, comme le logement ou les transports. 

Parce que l’influence des géants technologiques sur la vie des citoyens et les services publics commence à l’échelle de la ville, Paris porte une responsabilité singulière dans l’instauration d’une souveraineté à la fois politique et économique, tant vis-à-vis de ses habitants, que des autres villes, en France et dans le monde.

  • Renverser le rapport de force avec les plateformes numériques en organisant une conférence citoyenne sur les plateformes numériques prédatrices comme Airbnb ou Amazon ; des actions conjointes seront menées avec d’autres métropoles européennes pour peser collectivement sur les plateformes mondiales.
  • Lancer une application fondée sur le règlement général de la protection des données (RGPD) qui permet aux citoyens de demander aux plateformes de leur partager leurs données dans un cadre défini, rigoureux et transparent sur l’utilisation qui en sera faite, et prévoir dans le même cadre leur repartage avec la ville.

Construire de nouveaux modèles plus inclusifs et écologiques

Après avoir réussi à faire de Paris un lieu incontournable pour l’innovation, nous voulons maintenant embarquer l’écosystème de l’innovation pour construire de nouveaux modèles. Le numérique est un moyen pour y parvenir et non une fin en soi.

Favoriser l’inclusion numérique :

  • Créer un véritable service public d’écrivain numérique.
  • Déployer dans les collèges des quartiers populaires le projet pédagogique porté par TUMO, l’école de la création numérique pour les 12-18 ans.

Promouvoir un nouveau modèle économique plus écologique, diversifié et paritaire :

  • Soutenir les incubateurs parisiens et financer l’innovation de seulement les projets orientés vers nos priorités : changement climatique, économie de la proximité, etc.
  • Atteindre 50% d’entrepreneures femmes dans les entreprises soutenues et agir pour favoriser une diversité mieux représentée dans l’écosystème de l’innovation.
  • Engager les acteurs économiques et la finance dans un modèle responsable avec des engagements mesurables pour réduire l’impact environnemental, pour lutter contre les discriminations dans l’emploi, pour favoriser la solidarité dans la ville.
  • Créer des espaces pour accueillir les activités du fabriqué à Paris en les insérant dans l’économie circulaire et les solutions low tech.