Retour

Comment aider mon enfant à bien grandir à Paris ?

Plus que bien d’autres grandes métropoles, Paris est une ville qui fait toute leur place aux familles. Elle compte plus de 280 000 familles et 420 000 enfants ou jeunes de moins de 20 ans. Près d’un Parisien sur deux vit en famille. Paris est une ville féconde, avec une natalité supérieure à la moyenne nationale. 

Grandir à Paris, c’est avoir la chance de faire ses premiers pas dans des crèches dont 100 % du lait fourni aux enfants est bio. C’est, plus tard, découvrir une palette d’activités ludiques autour de la culture, du sport ou de la science gratuitement tous les mardis et vendredis après-midi, en plus des matières enseignées à l’école. C’est aussi profiter de nombreux équipements publics dédiés aux loisirs des jeunes (centres d’animations, centres de loisirs, conservatoires, médiathèques, etc.).

Mais les préoccupations qui peuvent troubler le quotidien des parents y sont aussi nombreuses. Paris est ainsi une ville encore minérale et très animée. Les logements y sont chers et donc plus petits qu’ailleurs en France. L’air parisien demeure pollué, malgré les progrès enregistrés depuis 20 ans, ce qui affecte en premier lieu la santé des enfants.

Les enfants pourront-ils s’épanouir dans le monde de demain ? Comment aider les parents à jongler entre l’éducation de leur enfant, leurs impératifs professionnels et leur vie personnelle? C’est parce qu’elle veut apporter des réponses concrètes à ces questions qu’Anne Hidalgo porte un programme centré sur le plus beau des communs : permettre à nos enfants de bien grandir.

Ce que nous avons fait

Reconnue en 2015 par l’Unicef comme « ville amie des enfants », Paris a construit un véritable service public en direction de l’enfance et des familles :

  • Avec la création de 15 500 places de crèche depuis 2001 dont 5 000 sur la période allant de 2014 à 2020, Paris est devenue la première grande ville de France en matière de petite enfance. Avec l’accueil individuel que nous avons souhaité renforcer à travers notamment l’ouverture de la première Maison d’assistants maternels dans le 8ème, ce sont aujourd’hui 7 enfants parisiens sur 10 qui ont accès à un mode d’accueil (dont 60 % en crèche à Paris, là où la moyenne nationale est seulement à 20 %). 100% des familles peuvent également bénéficier de consultations médicales gratuites au sein des 59 centres de PMI de la Ville de Paris. 
  • Un effort considérable a été fait pour développer la qualité de l’alimentation des enfants: nous atteignons 50 % d’alimentation bio et durable dans les écoles et 85 % dans les crèches, avec aujourd’hui 100 % de lait bio dans le biberon des enfants. Par ailleurs, les tarifs de la cantine ont été rendus plus justes en 2014 avec un tarif solidaire pour les familles les plus précaires à 13 centimes d’euros le repas.
  • À la suite de la réforme des rythmes scolaires en 2013, Paris n’a cessé de renforcer la qualité et l’inventivité des ateliers proposés dans le cadre du périscolaire : 16 900 ateliers périscolaires gratuits sont disponibles le mardi et le vendredi et permettent aux enfants de découvrir de multiples pratiques artistiques, culturelles et sportives ou d’être sensibilisés à l’écologie. 
  • Depuis 2014, la ville a été profondément transformée pour la rendre de plus en plus agréable pour les enfants, avec la reconquête des berges de Seine, l’aménagement des places, comme celle de la Nation, la création de rues aux enfants et de 12 ludothèques en plein air ou encore la limitation de vitesse pour la circulation automobile aux abords des écoles. 
  • Depuis la rentrée de 2019, la Ville de Paris rembourse intégralement les abonnements de transports en commun pour les enfants de 4 à 11 ans, et à hauteur de 50 % pour les collégiens et les lycéens. Cette gratuité s’étend également au PassVélib pour les jeunes âgés de 14 à 18 ans.

Ce que nous voulons encore faire

  • Grâce à la création de 4 000 places de crèches supplémentaires et de nouvelles maisons d’assistantes  maternelles sur la mandature, nous satisferons 100 % des demandes des parents en leur garantissant un accueil de qualité pour leurs enfants. Nous nous adapterons encore davantage aux rythmes de vie des familles parisiennes et notamment des parents seuls, en proposant des accueils tôt le matin, plus tard en soirée ou pour les urgences. Les commissions d’attribution des crèches pourront être ouvertes aux parents désireux de mieux comprendre leur fonctionnement.
  • L’école deviendra la capitale du quartier :
  • Les cours d’école (maternelles, primaires et collèges) seront transformées en jardins ouverts aux habitants le week-end. Ce seront des lieux pour se reposer, pratiquer du sport, faire jouer les enfants ou encore organiser des rencontres entre parents. Des lieux de vie et de rencontre, une « école en commun » ouverte sur le quartier.
  • Nous créerons une garantie environnementale dans chacune des 652 écoles parisiennes. Cette démarche unique au monde prévoira d’atteindre 100 % d’alimentation bio et durable dans l’assiette des enfants et des goûters, généralisés dès la rentrée 2020, des plans d’actions par école pour lutter contre toutes les formes de pollution (sols, air, amiante, plomb, perturbateurs endocriniens), ou encore la piétonisation des rues aux abords des écoles aux horaires d’arrivée et de départ des enfants. Tous les enfants seront sensibilisés aux enjeux environnementaux. 
  • Nous donnerons accès aux enfants à des savoirs inédits. Quand d’autres veulent la supprimer, nous maintiendrons la semaine de 4 jours et demi avec des ateliers périscolaires toujours gratuits. Nous créerons un grand service public après l’école qui pourra aller jusqu’à 19h. Il offrira aux enfants l’accès à de nouveaux apprentissages précieux dans le monde qui s’ouvre (prendre la parole en public, décrypter les « fake-news », réagir au harcèlement et apprendre à gérer ses émotions, bricoler, coudre et réparer). Nous créerons une Académie du climat, lieu d’apprentissage libre, ouvert à toutes les disciplines qui accueillera les jeunes de 12 à 25 ans pour leur permettre de mieux comprendre le péril climatique mais aussi les accompagner dans leurs projets et initiatives.
  • L’école sera reliée aux conservatoires, aux bibliothèques, aux centres d’animation, aux maisons des pratiques amateurs pour proposer à chaque élève un parcours culturel, dont les professeurs de la ville de Paris seront les garants.
  • Parce que l’ouverture aux langues constitue un atout pour la réussite mais aussi une ouverture sous les autres cultures, nous proposerons un éveil linguistique dans toutes les crèches puis un apprentissage des langues étrangères dans les écoles, renforcé dans les quartiers populaires, qui s’appuiera à la fois sur des associations et sur les compétences des agents et des parents bilingues.
  • La priorité « collège » sera réaffirmée : en plus de l’amélioration des conditions d’accueil des jeunes au sein des établissements, nous généraliserons le dispositif « Tous au collège, c’est les vacances » offrant aux jeunes pendant les vacances la possibilité de pratiquer de multiples activités sportives et culturelles, et d’être accompagnés dans leurs devoirs. Nous mettrons à disposition de l’ensemble des collégiennes des protections hygiéniques gratuites. 
  • Pour que chaque école ou collège soit à l’image de son quartier, nous renforcerons la mixité sociale par des mesures incitatives et l’accueil des enfants en situation de handicap dans les écoles (poursuite de la mise en accessibilité des établissements, formation des professionnels intervenant auprès des enfants, ouverture de classes spécifiques dans les écoles pour les enfants nécessitant des aménagements). 

Découvrez les propositions du programme d’Anne Hidalgo sur le climat.

L’école : capitale de la ville du 1/4 d’heure

Découvrir le programme autrement :