Retour

Comment notre ville prend soin de son patrimoine et de sa mémoire ?

La mémoire de notre ville se lit sur les façades de ses immeubles autant que dans l’histoire des personnes qui y ont vécu et qui l’ont façonnée. C’est de cette double mémoire que nous devons prendre soin. 

Ce que nous avons fait

  • Nous avons pris soin de notre patrimoine en rénovant entièrement le théâtre du Châtelet et les musées municipaux, notamment les maisons de Victor Hugo, le musée d’Art moderne, la maison de Balzac, le Palais Galliera. La rénovation du Théâtre de la Ville et du musée Carnavalet est en cours. 320 millions d’euros ont ainsi été investis dans l’ensemble du patrimoine de la Ville pendant la mandature. L’ensemble de ces chantiers contribue au maintien et à la transmission d’un autre patrimoine immatériel : le savoir-faire de l’artisanat, des métiers d’art et de la restauration du patrimoine.
  • Nous avons créé un nouvel espace pour célébrer la mémoire de la seconde Guerre Mondiale à Paris avec l’ouverture du nouveau musée de la Libération  de Parismusée du général Leclerc  – musée Jean Moulin le 25 août 2019 (75ème anniversaire). En seulement 15 jours, le nouveau musée a accueilli plus de visiteurs (12 000) que l’ancien site de Montparnasse en un an.
  • Nous avons remplacé les anciens kiosques souvent vétustes pour en conserver la beauté tout en offrant tout le confort de la modernité à celles et ceux qui y travaillent. 
  • Nous avons mis en place un plan église et lieu de culte : 600 opérations de rénovation et d’entretien sur les édifices cultuels du patrimoine architectural de Paris. C’est plus de 140 millions d’euros que la ville aura investi pour son patrimoine cultuel. Cela représente 13,8 millions/an, alors qu’entre 1996 et 2000, les sommes investies plafonnaient à 5,4 millions/an. Il y a donc eu un effort de rattrapage conséquent.
  • Travail de transmission pédagogique de l’histoire parisienne, en particulier auprès des plus jeunes générations :  
  • 15 000 élèves de CM2 ont bénéficié chaque année d’une mallette pédagogique construite (avec la Ligue de l’enseignement et l’Académie de Paris) autour d’un thème spécifique différent entre 2014 et 2019 : la Grande Guerre, la mémoire des trois génocides du XXème siècle, la Marseillaise et les valeurs de la République, les JO et valeurs de l’Olympisme, les Compagnons de la Libération, la Libération de Paris. Ces mallettes ont un grand succès et seront poursuivies sur des thématiques nouvelles liées à l’histoire de Paris comme Notre-Dame ou la Commune.
  • Rendre notre mémoire vivante dans les rues, les parcs et sur les bâtiments publics de notre ville.
  • Inauguration le 11 novembre 2018, du Monument aux Morts parisiens pendant la Grande Guerre, réunissant 94 415 noms gravés sur des plaques apposées sur les murs du cimetière Père Lachaise.
  • Le nom de chacun des 6 100 enfants juifs parisiens déportés est désormais inscrit sur une plaque sur la façade de leur école et un monument aux 11 420 enfants français déportés a été inauguré au cimetière Père Lachaise en octobre 2017. Ce travail en mémoire et en responsabilité assumé par la Ville de Paris sera poursuivi (notamment pour les 80 ans de la Rafle en 2022).
  • Déployer un « Parcours de la Révolution », ainsi que d’autres parcours mémoriels dans les rues de Paris. 
  • Faire vivre la mémoire de toutes celles et ceux qui sont oubliés par la grande histoire, celle des femmes, des immigrés, des personnes en situation de handicap.
  • 80 % de dénominations féminines en 2019. Le taux de féminisation des noms de rues, jardins et équipements municipaux est passé de 6 % à 12 % de 2001 à 2019. Cela devra également être poursuivi et renforcé encore dans la représentation de la diversité de Paris (dénominations de personnalités parisiennes issues des Outre-Mer ou d’origines étrangères).
  • Une exposition au Panthéon sur l’histoire des personnes sourdes et de la langue des signes française.
  • Soutien aux associations d’anciens combattants et à leur travail de transmission de la mémoire et d’entraide. 

Ce que nous allons faire

Notre patrimoine est intimement lié à notre mémoire. Il ne se résume pas aux bâtiments exceptionnels par leur beauté. Pour mieux valoriser le Paris industriel, le Paris universitaire (la Sorbonne), les hôpitaux, les écoles, les logements sociaux, le patrimoine né du modèle social républicain (comme les écoles de la IIIème république aux écoles contemporaines), nous nommerons un adjoint chargé de la mémoire et du patrimoine. En un mot, nous voulons cultiver la mémoire du Paris d’hier pour comprendre et aimer le Paris aujourd’hui. Plus on connait l’histoire de la Ville, plus on est fier d’être Parisien !

  • Un nouveau plan pour rénover les églises et les lieux de culte.
  • Mettre en valeur le patrimoine antique de Paris (vestiges sous le parvis de Notre Dame, arènes de Lutèce, abords des thermes de Cluny).
  • Renforcement des protections patrimoniales dans le nouveau plan local d’urbanisme.
  • Transformation du tunnel de l’Arc de Triomphe (8e-16e-17e) en un espace culturel ouvert aux mobilités douces.
  • Plan climat (rénovation énergétique) dans les lieux culturels, les salles de spectacles, les musées, accompagnement des festivals et des tournages vers une transition zéro carbone et déchet.
  • Rénovation des musées :
    • Musée de la vie romantique (9e)
    • Musée Bourdelle (15e)
    • Musée d’art et d’histoire du judaïsme (3e)
  • Rénovation de la Chapelle de la Sorbonne (5e) pour en faire un espace d’exposition, de concert et de débat.
  • Rénovation de la fontaine des Innocents (1er) accompagnée de la mise en valeur de la place, et de la fontaine Stravinsky (4e). 
  • Un nouveau lieu culturel dans le Nord-Est Parisien pour présenter au public les collections et les métiers d’art des ateliers de restauration des musées municipaux.
  • Donner une place à toutes les cultures qui composent Paris avec des espaces pour les Outre-Mer, la culture tzigane et les LGBT+.
  • Numérisation des œuvres et collections parisiennes pour qu’elles soient accessibles à toutes et tous sur internet. 
  • Grâce à l’extension du mémorial de la Shoah, nous pourrons accroître les formations pour les professionnels et les jeunes afin de renforcer la lutte contre l’antisémitisme, le racisme et toutes les formes de discrimination.
  • Continuer à organiser régulièrement à l’Hôtel de Ville une cérémonie d’accueil des Parisiennes et Parisiens nouvellement naturalisés. 
  • Création d’un « Ellis Island Museum » virtuel à usage scientifique, pédagogique et citoyen pour recueillir et publier en ligne les récits oraux et les témoignages des Parisiens originaires du monde. 
  • Reconstitution du bateau représenté sur le blason de Paris, sur le bord de la Seine. Ce chantier, confié à une association et monté avec les compagnons du devoir, sera ouvert aux élèves et aux touristes pour mettre en valeur les savoirs artisanaux. 

Comment notre ville prend soin de son patrimoine et de sa mémoire ?

Découvrir le programme autrement :