Retour

Est-ce que Paris sera un jour une ville propre ?

Notre ville donne encore trop souvent le sentiment d’être sale et nettoyer ses rues est un travail quotidien. Paris accueille chaque jour 5,5 millions de personnes qui y habitent, y voyagent ou viennent y travailler. C’est la ville la plus dense d’Europe et la première destination touristique au monde. C’est évident que Paris peut être plus propre. Les services de la propreté ramassent déjà 3 000 tonnes de déchets chaque jour. Cette situation s’explique aussi par des comportements peu respectueux. Au-delà de la gêne provoquée par des ordures ou par de la saleté, ce qui est insupportable, c’est simplement le fait que notre espace commun puisse ne pas être respecté. Or, une ville dégradée, c’est un quotidien abîmé.

Ce que nous avons fait

  • 550 millions d’euros consacrés chaque année à la propreté, avec de nouveaux outils pour mieux nettoyer et de nouvelles poubelles.
  • 240 agents supplémentaires sont présents sur le terrain. L’élargissement des amplitudes horaires du ramassage des ordures en fonction des saisons est également promesse tenue grâce aux équipes mobilisées jusqu’à 23h30 dans certains parcs l’été.
  • Avec l’application DansMaRue, les Parisiennes et les Parisiens transmettent chaque jour 2 000 signalements aux services municipaux et permettent ainsi des interventions plus rapides, en particulier celles des équipes Urgence Propreté, présentes dans chaque arrondissement
  • Un plan de dératisation avec des mesures curatives et préventives : multiplication des opérations de dératisation, en particulier dans les espaces verts et les sous-sol d’immeubles ou les zones de travaux ; ajout de grillages sur les plaques et grilles d’égouts ; mise en place de 34 000 poubelles « cybel » (soit 10 % de l’ensemble des corbeilles de rue de Paris) qui sont coffrées de métal et de plexiglas pour empêcher les rats de percer les sacs-poubelles ; installation d’abris-bacs pour stocker les conteneurs poubelles dans les espaces verts ; augmentation des fréquences de tournées de ramassages des ordures dans les zones de pique-nique. 
  • En 2019, près de 125 000 amendes dressées pour sanctionner les comportements qui salissent et polluent les rues de Paris, au montant maximal autorisé par l’État de 68 euros.

Ce que nous voulons encore faire

Parce que la propreté est une priorité des Parisiennes et des Parisiens, nous mettrons 1 milliard d’euros par an pour la propreté, l’entretien et l’embellissement de notre ville.

La propreté doit être une affaire de proximité : nous voulons que l’action en matière de propreté se décide au niveau de chaque quartier, de chaque rue.

  • Nous nommerons un agent responsable dans chaque quartier au service des habitants qui coordonnera les moyens de propreté et d’entretien de nos rues et de nos jardins.
  • Les Parisiennes et les Parisiens pourront faire remonter leurs remarques à un agent qui sera à leur disposition dans le kiosque citoyen.
  • Nous adapterons les horaires des équipes de Propreté au rythme de la ville : le matin devant les écoles en semaine, le soir dans les quartiers festifs et les lieux touristiques, le week-end dans les quartiers commerçants, les nuits d’été sur les berges et les zones plus fraîches.
  • Nous renforcerons la réactivité en doublant les effectifs des équipes Urgence Propreté : elles répondront toute la journée aux signalements de la mairie d’arrondissement et des Parisiennes et des Parisiens par l’application DansMaRue. Les signalements répétés seront pris en compte pour envoyer plus souvent les équipes de propreté et la police municipale.
  • Nous moderniserons le système des encombrants avec des rendez-vous réguliers dans chaque quartier.
  • Créer une équipe chargée spécifiquement de nettoyer le réseau des pistes cyclables. 

La propreté au service de l’écologie

  • Parce qu’un mégot peut polluer 500 litres d’eau, nous mettrons en place un plan d’action zéro mégot dans les rues et dans les égouts.
  • Notre objectif est de réduire drastiquement le nombre de déchets (voir la fiche « zéro déchet), en visant notamment zéro plastique à usage unique en 2024, en mobilisant commerçants et riverains ou encore en valorisant les biodéchets (c’est-à-dire en les transformant en engrais ou en énergie).

Mieux sensibiliser pour développer le civisme

  • Nous organiserons une journée annuelle de propreté en lien avec les écoles: rencontre avec les agents municipaux et nettoyage collectif d’une rue ou d’un jardin voisin.
  • Nous responsabiliserons les enfants sur la propreté de leur école : élection d’éco-délégués, participation à l’entretien de la cour et de la salle de classe.
  • Nous installerons dans les rues de Paris du mobilier qui simplifie le geste civique : des poubelles de rues dotées de cendriers et qui permettent le tri sélectif, des urinoirs masculins et féminins dans les quartiers festifs. 
  • Pour faire la fête sans salir, nous permettrons aux grands événements culturels et sportifs de mieux gérer leurs déchets et d’installer des poubelles et des toilettes en nombre suffisant.  

Mieux sanctionner pour faire respecter la propreté des rues

  • L’une des missions de la police municipale parisienne sera de veiller au respect de la propreté des rues. Elle disposera de moyens renforcés et d’agents formés capables de verbaliser tous les types d’incivilités.
  • Nous proposerons que la prochaine loi de décentralisation prévue pour l’automne prochain permette aux villes d’augmenter le montant des amendes pour mieux lutter contre les incivilités (jusqu’à 150€ pour le jet de mégot ou de papier, 300€ pour l’épanchement d’urine, 500€ pour le dépôt sauvage d’encombrants, plusieurs milliers d’euros pour l’affichage sauvage. Enfin, nous utiliserons la vidéo verbalisation contre les dépôts sauvages d’encombrants et de déchets de chantier).
  • Nous utiliserons la vidéoverbalisation contre les dépôts sauvages d’encombrants et de déchets de chantier.

Découvrir le programme autrement :