Retour

Je n’arrive pas à trouver d’emploi, que peut faire la ville pour moi ?

Paris est dotée des nombreux atouts d’une « ville-monde ». Elle bénéficie d’une économie dynamique et diversifiée, concentre les emplois à haute valeur ajoutée et attire les talents. Mais Paris attire aussi bien les gagnants de la mondialisation que les plus fragiles. Les résultats encourageants et les nombreux atouts de la capitale ne doivent en effet pas nous faire oublier que 130 000 personnes cherchent encore aujourd’hui un emploi à Paris.

Bien que l’emploi et la formation relèvent d’abord de la compétence de l’État, de Pôle emploi et de la Région, La question de l’emploi est au cœur des préoccupations de tous les Parisiens. La ville doit donc s’investir pour que le dynamisme de Paris bénéficie à tous, y compris les personnes les plus en difficulté.

Ce que nous avons fait

  • Le taux de chômage à Paris est aujourd’hui de 6,6 %, contre 8,3 % en moyenne en France 1 . C’est le taux de chômage le plus faible d’Île-de-France.
  • La Ville de Paris est en charge de l’insertion des bénéficiaires du RSA. Le nombre de bénéficiaires a diminué de 5 000 bénéficiaires entre 2014 et 2018, une baisse plus rapide que dans le reste de la France.
  • 23 000 Parisiens, dont un quart issu des quartiers populaires, sont accompagnés dans un parcours de réinsertion professionnelle grâce au soutien financier de la Ville de Paris.
  • 9 Points Paris Emploi, service public de proximité visant à informer et orienter toute personne en recherche d’emploi, de formation ou de reconversion, ont ouverts durant la mandature.
  • La « garantie jeunes », qui offre un revenu, un accompagnement renforcé, une formation et des expériences en entreprise pour des jeunes en difficulté, bénéficie aujourd’hui à plus de 1 600 jeunes à Paris.
  • Un effort exceptionnel a été réalisé pour développer les clauses d’insertion dans les marchés publics, en imposant à l’entreprise retenue de réaliser une partie de la prestation avec des personnes éloignées de l’emploi. 1 million d’heures d’insertion sont réalisées chaque année bénéficiant à 1 700 personnes. Pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, ce sont 10 % des heures travaillées qui bénéficieront à des personnes en insertion.
  • Pour préparer les Parisiennes et les Parisiens aux métiers de demain, la Ville de Paris s’est dotée d’un grand plan de formation dans le domaine de la transition écologique, du numérique et des emplois liés aux Jeux Olympiques et Paralympiques. Près de 4 000 Parisiens éloignés de l’emploi sont formés chaque année.

Ce que nous voulons encore faire

  • Notre projet écologique pour Paris sera hautement créateur d’emplois. Rénovation thermique des copropriétés, promotion des déplacements à vélo pour la logistique du dernier kilomètre, développement du réemploi et du recyclage des déchets : pour tous ces chantiers, nous garantirons leur impact sur l’accès à l’emploi des personnes en difficulté, en travaillant avec les professionnels de ces secteurs, les organismes de formation et les structures d’insertion par l’activité économique (IAE).
  • Nous ferons des JOP2024 les JOP de l’inclusion, à et pas seulement par la construction des infrastructures : nous prévoirons des clauses d’insertion dans les marchés publics sur les métiers de l’hôtellerie, de la restauration, de la sécurité, du tourisme et de l’événementiel.
  • Nous ferons de Paris la capitale du plein emploi en favorisant des emplois de qualité, grâce à un Label « Employeur Paris Exemplaire » créé pour identifier et valoriser les entreprises qui s’engagent vers des recrutements diversifiés et des pratiques sociales innovantes.
  • Nous étendrons l’expérimentation « Territoire Zéro Chômeur », qui a donné des résultats encourageants dans le 13ème arrondissement, à plusieurs territoires dans les 18ème , le 19ème et le 20ème arrondissements.
  • Les nouvelles formes d’emploi (micro-entreprises, freelances, travailleurs des plateformes) sont à la source d’une précarité excessive. La ville soutiendra la création d’une coopérative de services à ces travailleurs, sous la forme d’une société coopérative d’intérêt collectif. Elle leur apportera une protection sociale complémentaire (santé, accidents du travail), des aides d’accès au logement et des services professionnels.
  1. Chiffres du 3e trimestre 2019

Découvrir le programme autrement :