Retour

Je n’arrive pas à trouver d’emploi, que peut faire la ville pour moi ?

Malgré plusieurs années de dynamisme économique et une situation de l’emploi considérée par tous les acteurs économiques comme très encourageante, Paris est désormais, comme l’ensemble du pays, rentrée dans une crise économique grave, à la suite de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Nombreux sont les parisiens qui seront touchés, et nous nous devons de leur apporter des solutions et de les accompagner pour faire face à une situation inédite et dont nous ne mesurons pas encore l’ampleur ni dans la proportion ni dans le temps.

Pour autant Paris reste toujours dotée des nombreux atouts d’une « ville-monde ». Elle bénéficie d’une base économie dynamique et diversifiée, concentre les emplois à haute valeur ajoutée et attire les talents.  Nous avons collectivement eu des résultats encourageants depuis des années grâce à une politique engagée, volontariste qui a misé sur une fine connaissance des secteurs, des quartiers, des besoins et des spécificités parisiennes. Paris est un écosystème économique complexe, hétérogène qui fait son dynamisme mais aussi sa fragilité lorsque l’écosystème se trouve déséquilibré. Malgré les nombreux atouts de la capitale, la crise sanitaire sur nous traversons aura un impact brutal et durable sur notre tissu économique et risque de détruire de nombreux emplois. Nous devons nous montrer à la hauteur de cette crise pour tous les parisiens. En particulier nos jeunes et les personnes les plus éloignées de l’emploi, qui après avoir traversés une crise sanitaire dure psychologiquement et socialement, se retrouvent avec des perspectives d’avenir troublées.

Bien que l’emploi et la formation relèvent d’abord de la compétence de l’État, de Pôle emploi et de la Région, la question de l’emploi, surtout dans un cadre d’incertitude économique, est au cœur des préoccupations de tous les Parisiens. Anne Hidalgo veut, à travers son programme, que Paris soit une ville résiliente qui supporte l’impact de la crise sanitaire et économique pour que tous les Parisiens puissent conserver ou retrouver le plus rapidement possible un emploi, une stabilité sociale et professionnelle.

Ce que nous avons fait

  • Il faut anticiper les conséquences de la crise que nous traversons et être réaliste, pragmatique. Nous devons nous préparer à une forte augmentation du nombre des demandeurs d’emploi dans de nombreux secteurs économiques, dont certains étaient en forte demande de recrutement avant la crise sanitaire. Cependant, depuis 2014, la situation était en nette amélioration. Le taux de chômage à Paris était en mars 2020  de 6,6 %, contre 8,3 % en moyenne en France (Chiffres du 3e trimestre 2019). Il s’agissait du taux de chômage le plus faible d’Île-de-France. Ce qui démontre la force de notre politique de l’emploi ancrée dans la proximité et la persévérance. 
  • 23 000 Parisiens, dont un quart issu des quartiers populaires, sont accompagnés dans un parcours de réinsertion professionnelle grâce au soutien financier de la Ville de Paris. Pendant cette crise, un effort particulier a été mené pour l’accompagnement à distance de tous les parisiens en difficulté, et tout sera fait pour maintenir cet effort dans l’écoute et l’agilité dans cette nouvelle période.
  • 9 Points Paris Emploi, service public de proximité visant à informer et orienter toute personne en recherche d’emploi, de formation ou de reconversion, ont ouverts durant la mandature. Ces lieux seront particulièrement mis en avant pour répondre aux nouveaux enjeux de notre territoire.
  • La « garantie jeunes », qui offre un revenu, un accompagnement renforcé, une formation et des expériences en entreprise pour des jeunes en difficulté, bénéficie aujourd’hui à plus de 1 600 jeunes à Paris.
  • Un effort exceptionnel a été réalisé pour développer les clauses d’insertion dans les marchés publics, en imposant à l’entreprise retenue de réaliser une partie de la prestation avec des personnes éloignées de l’emploi. 1 million d’heures d’insertion sont réalisées chaque année bénéficiant à 1 700 personnes. Pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, ce sont 10 % des heures travaillées qui bénéficieront à des personnes en insertion.
  • Pour préparer les Parisiennes et les Parisiens aux métiers de demain, la Ville de Paris s’est dotée d’un grand plan de formation dans le domaine de la transition écologique, du numérique et des emplois identifiés émergeants et en tension à l’issue de cette crise tout en préparant l’avenir à plus long terme pour nos jeunes. Près de 4 000 Parisiens éloignés de l’emploi sont formés chaque année.

Ce que nous voulons encore faire

  • Nous voulons développer un grand programme de formation aux métiers qui ont été indispensables et en sous effectifs pendant la crise sanitaire et nécessaire à la relance économique. Ainsi Paris doit être une ville résiliente, adaptable aux grands enjeux écologiques, de santé publique.
  • Notre projet écologique pour Paris doit s’inscrire dans une continuité et prendre en compte la crise que nous venons tous de traverser. Notre but est de développé le plus d’emplois possible dans des secteurs novateurs et dynamiques. Rénovation thermique des copropriétés, promotion des déplacements à vélo pour la logistique du dernier kilomètre, développement du réemploi et du recyclage des déchets, assistance aux personnes : pour tous ces chantiers, nous garantirons leur impact sur l’accès à l’emploi des personnes en difficulté, en travaillant avec les professionnels de ces secteurs, les organismes de formation et les structures d’insertion par l’activité économique (IAE).
  • Parce que nous devons anticiper l’avenir, et développer toutes les opportunités possible pour la Ville de Paris et ses habitants, nous allons poursuivre sur notre objectif de faire des « JOP2024 » les JOP de l’inclusion, pas seulement par la construction des infrastructures : nous prévoirons des clauses d’insertion dans les marchés publics sur les métiers de l’hôtellerie, de la restauration, de la sécurité, du tourisme et de l’événementiel.
  • Nous étendrons l’expérimentation « Territoire Zéro Chômeur », qui a donné des résultats encourageants dans le 13ème arrondissement, à plusieurs territoires dans les 18ème, le 19ème et le 20ème arrondissements.
  • Les nouvelles formes d’emploi (micro-entreprises, freelances, travailleurs des plateformes) sont à la source d’une précarité excessive. La crise sanitaire récente a d’autant plus mis en lumière la précarité de ces métiers et les difficultés sociales s’y rattachant. C’est pour cela que la ville soutiendra la création d’une coopérative de services à ces travailleurs, sous la forme d’une société coopérative d’intérêt collectif. Elle leur apportera une protection sociale complémentaire (santé, accidents du travail), des aides d’accès au logement et des services professionnels. Nous ne pouvons plus laisser ces salariés sans une base essentielle assurant leur protection sociale. 
  • Nous serons particulièrement vigilants et réactifs dans l’accompagnement des publics éloignés de l’emploi qui vont subir en première ligne et violement la crise. Une attention toute particulière sera apportée à destination des jeunes qui vont devoir affronter à un moment charnière, le début de leur vie professionnel, une crise inédite du marché du travail.

Découvrir le programme autrement :