Retour

Pourrais-je un jour respirer un air pur à Paris ?

La pollution de l’air est un poison invisible qui tue chaque année en France près de 50 000 personnes. Respirer un air pur est un droit et Paris se bat pour ce droit. Les Parisiennes et les Parisiens ont le droit de savoir quel est l’air que leurs enfants et eux respirent. Nous avons toujours été transparents sur ce sujet. Le combat contre la pollution ne se gagne pas dans le dos des Parisiens mais avec eux. Il reste beaucoup à faire mais une chose est certaine : année après année, la qualité de l’air s’améliore à Paris. C’est le résultat de notre action déterminée contre les lobbies, les préjugés, les habitudes. Nous allons continuer.

Ce que nous avons fait

Surveillance et informations sur la qualité de l’air – Bilan Paris 2018 – Airparif
Surveillance et informations sur la qualité de l’air – Bilan Paris 2018 – Airparif

Le bilan conduit par l’association Airparif pour l’année 2018 confirme l’amélioration continue de la qualité de l’air depuis plusieurs années à Paris : les Parisiennes et Parisiens sont deux fois moins nombreux à avoir été exposés aux particules PM10 ; les concentrations en PM2.5, qui ont un impact particulièrement négatif sur la santé, sont également à la baisse, même s’il reste des efforts à faire pour qu’elles soient inférieures aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé dans l’ensemble de l’agglomération parisienne. Les particules de dioxyde d’azote baissent également.

  • Nous avons attaqué le problème à la source, en réduisant massivement la place de la voiture dans notre ville :
    • Restriction progressive de la circulation des véhicules les plus polluants, grâce à la création de la Zone Faible Émission parisienne, la première de France, et désormais élargie jusqu’à l’A86 depuis que la Métropole nous rejoint.
    • Création de zones de circulation limitée à 30km/h notamment autour des écoles.
    • Baisse de la circulation automobile de 22 % sur la mandature grâce au soutien que nous avons apporté aux autres façons de se déplacer : stratégie piéton, voies réservées aux bus, réaménagement des 7 places, piétonisation des Berges sur Seine, création de 1 000km de pistes cyclables.
    • Adoption du Plan Climat Air Énergie de la Ville de Paris qui fixe la fin des véhicules diesel en 2024 et la fin des véhicules essence en 2030.
  • Nous avons fait en sorte de mieux connaître la pollution de l’air intérieur comme extérieur, ses sources d’émissions, son impact sanitaire, les lieux où elle est la plus problématique, en déployant des systèmes de mesures et en nous nourrissant d’expériences et politiques efficaces menées ailleurs dans le monde, avec notamment des campagnes de mesures de la qualité de l’air intérieur dans les crèches, écoles maternelles et élémentaires et dans les locaux administratifs. Nous avons déployé des capteurs de pollution d’air extérieur dans 50 établissements scolaires et de petite enfance ainsi que dans l’espace public. Nous avons intégré des objectifs de qualité de l’air dans des expérimentations et politiques municipales et recherché des solutions à l’échelle mondiale, avec la création du Guapo (une plateforme de coopération entre villes).
  • Nous avons toujours informé, sensibilisé et accompagné les Parisiennes et les Parisiens, notamment avec l’instauration de plus de 40 aides incitatives au niveau municipal, destinées aux particuliers et aux professionnels pour l’achat de vélos ou véhicules électriques.
  • Nous avons mené un combat politique et juridique, aux niveaux national et international, pour faire évoluer la loi et les pratiques industrielles.
    • En mai 2016, Paris a contesté, aux côtés de Bruxelles et Madrid auprès du Tribunal de Justice de l’Union européenne le « permis de polluer » accordé par la Commission européenne aux constructeurs automobiles. La Justice européenne a annulé une partie du règlement européen sur le dioxyde d’azote des véhicules, ce qui a créé une jurisprudence nouvelle, en permettant aux maires de porter une action devant le tribunal européen.
    • Une action de la Ville de Paris en faveur de la piétonisation des Berges de Seine : la Cour administrative d’appel de Paris a confirmé la légalité de l’arrêté pris par la Maire de Paris et assure ainsi la pérennité du parc des Rives de Seine.

Ce que nous voulons faire

  • Nous sortirons du diesel en 2024. En 2030, il n’y aura plus que des véhicules propres dans nos rues.
  • Tous les arrondissements de Paris auront des quartiers apaisés, des rues piétonnes et des piétonisations le week-end. Tous les abords des écoles seront piétonisés aux heures d’entrée et de sortie des élèves.
  • Le Périphérique deviendra un boulevard avec une circulation apaisée, en coopération avec les communes riveraines et le Grand Paris. Notre but est de réduire la pollution et le bruit qui touchent tout particulièrement les riverains. Nous le végétaliserons massivement afin d’en faire un nouveau corridor écologique.
  • Un Pass Navigo unique pour tous les modes de transport facilitera l’utilisation de toutes les alternatives à la voiture individuelle: transports en commun, Velib’, autopartage, trottinettes et scooters électriques, parking relais, etc.
  • Nous créerons une « garantie environnementale » dans chaque école qui respectera un standard de haute qualité (air, bruit, sols, perturbateurs endocriniens). Cette méthode associera des habitants et des médecins pour lutter contre toutes les pollutions. Elle sera progressivement étendue au reste du quartier.
  • Nous faciliterons les déplacements à pied par la création d’aires piétonnes dans tous les quartiers, par la fermeture de la circulation devant les écoles aux heures d’entrée et de sortie et par la piétonisation du centre de Paris.
  • Prendre un vélo, c’est promouvoir la nécessité de mieux partager la rue, pour moins de bruit et moins de pollution. Nous ferons une ville « 100 % vélo » avec de nouvelles pistes aménagées dans tout Paris pour que tous les trajets soient sûrs à vélo. Nous supprimerons une place de parking en surface sur deux pour réaliser le prochain plan vélo, élargir les trottoirs et végétaliser les rues. Nous faciliterons les stationnements sécurisés dans toute la ville et les formations au vélo dès le plus jeune âge.
  • Nous engagerons un travail avec la RATP et Ile-de-France Mobilités sur les bouches d’aération du métro en vue de la mise en place d’un plan d’actions pour réduire la pollution aux particules fines liées au système de freinage des rames.
  • Nous accompagnerons les copropriétés vers la conversion des chaudières au fioul, sources de pollutions de l’air autant à l’extérieur que dans les logements.
  • Le trafic fluvial sera accompagné pour sortir des motorisations polluantes (électrification des quais, aides).
  • La police municipale parisienne aura notamment pour rôle de lutter contre la pollution atmosphérique. Elle veillera au respect des voies réservées aux vélos et aux bus et au respect des restrictions de circulation grâce au contrôle des vignettes crit’air.

Découvrir le programme autrement :