Retour

Pourquoi y a-t-il toujours autant de personnes à la rue ?

La situation des personnes contraintes de vivre à la rue est insupportable pour toutes les Parisiens et les Parisiens, qui ne peuvent se résoudre à cet état de fait. Selon le décompte réalisé lors de la Nuit de la Solidarité en 2019, 3 641 personnes sont en situation de rue, dont 12 % de femmes.

Toutes les grandes métropoles du monde sont confrontées au même phénomène, qui est dû à Paris à des arrivées de personnes en recherche de solutions en provenance de l’Ile-de-France, de province et, depuis 2015, de l’étranger avec les flux de réfugiés. 

Ce que nous avons fait

  • Nous avons donné la priorité à la prévention pour éviter les situations de rue. Avec nos partenaires, nous avons fait diminuer les expulsions locatives de 30% sur ces dix dernières années. Paris a ouvert la possibilité à tous les jeunes qui sont confiés à la protection de l’enfance d’être accompagnés jusqu’à leurs 21 ans et ainsi d’acquérir les moyens de leur autonomie.
  • Le nombre de places d’hébergement d’urgence est passé de 16 000 à 23 000, ce qui constitue un effort sans précédent. Des lieux dédiés aux femmes ont été créés, avec notamment l’ouverture d’une halte au sein de l’Hôtel de Ville, puis dans plusieurs mairies d’arrondissement (5ème , 13ème et 18ème prochainement).
  • La sortie de la rue passe par l’accès à l’emploi et au logement. Le dispositif « Louez Solidaire et sans risque » permet à un propriétaire de louer son bien à une association agréée pour y loger une famille aux revenus modestes, ce qui a permis de loger 3 000 familles depuis sa création. Le dispositif « Premières Heures » accompagne vers la reprise progressive d’une activité les personnes très éloignées de l’emploi.
  • Nous impliquons les Parisiennes et Parisiens dans les politiques de lutte contre l’exclusion. Depuis la création de la Nuit de la solidarité en 2018, 6 000 Parisiennes et Parisiens (sur les trois dernières éditions) sont allés à la rencontre des personnes sans abri et mieux connaitre leurs besoins. La Fabrique de la Solidarité accompagne la mobilisation citoyenne et a déjà formé plus 1 000 volontaires.

Ce que nous voulons encore faire

Parce qu’en dépit des efforts réalisés, le sans-abrisme est toujours là, il nous faut franchir une nouvelle étape, qui se résume en trois axes 

  • Agir plus grand : Il faut agir à l’échelle du Grand Paris, où des marges de manœuvre considérables existent dans certains territoires :
    1- Nous proposerons aux maires des villes de la métropole d’établir un Pacte métropolitain de lutte contre la grande exclusion afin de développer l’offre d’hébergement et garantir sa répartition équitable.
    2- Nous mettrons en place un Samu social métropolitain.
    3- Nous organiserons une Nuit de la Solidarité métropolitaine pour disposer de données à l’échelle du Grand Paris afin de mieux orienter nos politiques d’hébergement.
  • Agir plus près : Nous travaillerons au plus près des personnes en grande exclusion dans leur quartier, dans leur environnement immédiat, pour que la ville du quart d’heure ne laisse personne de côté :
    1- Nous ouvrirons une halte dans chaque mairie, en priorité pour les femmes et les familles sur le modèle de celle de l’Hôtel de Ville ;
    2- Nous développerons des bagageries et des casiers solidaires pour assurer les besoins fondamentaux des personnes en situation de rue ;
    3- Nous créerons des pensions de famille, c’est-à-dire du logement dans un petit immeuble pour des personnes demeurées longtemps à la rue, avec la présence d’une association pour les aider si besoin.
  • Agir plus fort : cela passe par la mobilisation de tous en s’appuyant sur le formidable élan de solidarité manifesté par les Parisiennes et les Parisiens, et sur un rôle accru joué par les entreprises :
    1- Dans chaque quartier, nous ouvrirons des kiosques citoyens pour développer l’entraide et accompagner et former les Parisiennes et les Parisiens qui souhaitent s’investir dans des actions de lutte contre l’exclusion ;
    2- Nous créerons un club d’entreprises solidaires qui mobiliseront du foncier nouveau (notamment en utilisant des locaux temporairement pour y héberger des personnes sans-abri le temps de leur trouver une solution), mettrons en place du mécénat de compétence ou développerons le parrainage à plus grande échelle ;
    3- Nous créerons un fonds solidaire pour l’innovation sociale qui nous aidera à financer de nouveaux projets citoyens et associatifs novateurs à Paris.

Découvrir le programme autrement :